LES ARTS DU JAPON !

 

L'Architecture :

L’histoire de l’architecture japonaise est aussi vieille que le pays. Bien qu’elle soit influencée par l’architecture chinoise, elle se différencie par certains aspects et différences importantes typiquement japonaises. 

Le Cinéma :

La production d'œuvres cinématographiques au Japon est très active mais hélas de qualité inégale. Le public japonais aime particulièrement deux types de film: les productions étrangères et les films traitant de sujet purement japonais.

Les trois grands studio de productions sont Shôchiku, Tôei et Tôhô.


 

Voici les différents genres de film existants au Japon :
Anime (アニメ) ; Film d’animation souvent inspiré de mangas. (EX : Naruto, Card Captor Sakura)
Chambara eiga
(
チャンバラ) ; Films d’épées (de sabre) japonais. (EX : Seven Warriors)
Gendai-geki (
現代劇) ; Film de société.
Jidai-geki (時代劇) ; Film historique.
Kaijû-Eiga (怪獣映画) ; Film mettant en scène des monstres, des créatures monstrueuses.
(EX : GODZILLA !)
Pink-Eiga
(ピンク映画) ; Film érotique. (Populaire dans la années 70)
Meiji-Mono ; Film dont l’action prend place pendant l’ère Meiji. (1868 – 1912)
Ninkyô-Mono / policier/Yakusa ; Film mettant au cœur de l’intrigue des yakusa.
Roman-Porno (ロマンポルノ) ; Film à tendance pornographique.



Il est possible de rajouter d'autres genres mais alors, soit on s'éloigne du cinéma à proprement parler (manga, japanimation) soit ce genre ne sera pas typiquement japonais (horreur, ultra violent, comédie...), mais se déroulant dans les territoires asiatiques.

 

Le Dengaku :

Le Dengaku est un art japonais rustique mêlant musique et danse. Il se passait le plus souvent lors du repiquage du riz par les paysans.

Cette image représente le Dengaku =>

 

 

 

La poésie, Haïku :

Le haïku est une forme poétique d’origine japonaise. Il s’agit d’un petit poème très bref visant à faire passer un message.  

Un haïku est composé d’une strophe de trois vers (un tercet) de 5, 7 et 5 pieds.


Bashō Matsuo

Bashō Matsuo est un poète de haïku japonais né en 1644 à Iga-Ueno. De son vrai nom Matsuo Munefusa, il est issu d'une famille de bushi (« guerrier gentilhomme », considéré comme des samouraïs d’une différente ère). Il se lie d'amitié avec le fils de son seigneur, le jeune Yoshitada, mais la mort de son ami le conduit à renoncer à une carrière classique de guerrier et à étudier les lettres. Il est mort en 1694, à l’âge de 50 ans, à Ōsaka.

 






Ikebana,
arrangement florale :

L’Ikebana (生け花 ou いけばな) également connu sous le nom de la Voie des fleurs est un art traditionnel japonais basé sur la composition florale. 

 

 

 

Littérature japonaise

 

La littérature japonaise s'étend sur une période de presque vingt siècles d'écrits. Les premières œuvres sont très fortement influencées par la littérature chinoise, mais la politique d'isolement du Japon permit le développement de formes littéraires uniques. Les caractéristiques générales de la littérature japonaise sont ; le détachement dans un certain sens, l'isolement, l'éloignement, etc. Aujourd'hui, les Japonais écrivent de plus en plus des histoires fantastiques et des romans où le héros est confronté à plusieurs épreuves. Il y a aussi les mangas qui deviennent de plus en plus populaire, mais cela ne change pas car ils l'ont toujours été.

 

Par exemple (voici un exemple pris sur Wikipedia) :

 

 


 
 
 

 





 


 

 


 
À titre d'exemple, voici l'un des plus célèbres haïkus japonais, écrit par un grand maître, Matsuo Bashō :

 
Un vieil étang,
Une grenouille saute,
Le bruit de l'eau. 

*      *           *      *      *      *
 
L'original japonais est :

furuike ya
(古池や)
(fu/ru/i/ke ya) : 5

kawazu tobikomu
(蛙飛込む)
(ka/wa/zu to/bi/ko/mu): 7

mizu no oto
(水の音)
(mi/zu no o/to): 5



Les formes littéraires :

                          - Les différentes formes existantes sont :
·        Le récit, le roman, ou monogatari, l'épopée, l'anecdote, ou setsuwa, le journal de chevet, les mémoires, ou nikki, la poésie de cour, ou waka et tanka, les chants, ou uta, les récits de voyage, le haïku, le roman moderne, ou shōsetsu.



La musique japonaise :

 

La musique japonaise, depuis le début des temps jusqu'à aujourd'hui, regroupe tous les genres de musique de la sphère japonaise. La musique a toujours été liée aux spectacles (théâtre ou danse), aux festivités (et cérémonies) et à d'autres évènements qui se produisaient tout au long de l'année.


Instruments de musique

Percussions : 
      Kakko (羯鼓) : tambour à baguettes.
      San no tsuzumi (
三の鼓) : tambour plus grand que le kakko
      Shakubyôshi
(
笏狛子) : claquette de bois. 
      Shôko
ou shôgo (
鉦鼓) : petit gong en bronze existant en trois formats. 
      Taiko
(
太鼓) : grand tambour à maillet. Son nom peut varier en fonction de son format : dadaiko, tsuridaiko et ninaidaiko.


Vents : 
      Hichiriki
(
篳篥) : instrument à vent à anche double, comme le hautbois. 
      Shô
(
) : orgue à bouche à dix-sept tuyaux. flûtes traversières (terme générique : , fue) : 
      N
ōkan (
能管) flûte utilisée dans le théâtre nô. 
     
Shinobue (篠笛) et misatobue flûtes populaires utilisées dans la musique des festivals hayashi dans le miny et le kabuki.

Cordes : 
      Biwa
(
琵琶) : luth à quatre cordes. 
      Shamisen
(三味線) luth à trois cordes.
 

* LISTE PRISE SUR WIKIPEDIA (MUSIQUE JAPONAISE).

 

 

 

L'Art de l'Origami :

L’Origami est le nom en japonais de l’art du pliage du papier. Cet art vient de la Chine, mais a été repris au Japon. Avec le bon type de papier, il est facile de faire une grenouille, une grue, un bateau, des fleurs, etc. 

Personnellement, je ne suis pas la plus douée en origami. Même si certaines personnes se disent être aptes à faire ça et ce, facilement, ils ne savent pas de quoi ils parlent, surtout s’ils n’en ont jamais fait auparavant. 

L'ORIGAMI N'EST PAS SIMPLE ET CE N'EST PAS SI COMPLEXE QUE ÇA, IL FAUT JUSTE CONNAÎTRE LES BASES.

 

Le théâtre japonais

 

Il y a une légende en rapport avec le théâtre japonais ; celle-ci veut que le théâtre nippone vienne d’un spectacle donné par les dieux pour faire sortir Amaterasu (la déesse du Soleil, de la grotte où elle s’était cachée. Il semblerait qu’elle soit sortie de son trou en entendant le peuple chanter et découvrit qu’ils dansaient au milieu de fleurs et de décorations toutes plus belles les unes que les autres. Depuis, grâce au théâtre, le monde ne peut plus être complètement plongé dans les ténèbres. 

 
Ce n’est qu’une légende, mais c’est ainsi que le théâtre est devenu ce qu’il est aujourd’hui dans l’histoire traditionnelle du Japon au niveau de la culture. 

 
L'art dramatique japonais traditionnel est interprété exclusivement par des hommes, il allie le théâtre, la danse et le chant.


Ukiyo-e (Estampe japonaise)

 

 

L’Ukiyo-e est le terme japonais qui signifie « image du monde flottant ». Durant l’époque d’Edo, ce terme était utilisé pour désigner un nouveau genre de peinture populaire et narrative et les estampes japonaises gravées sur bois. 


Les thèmes de l’ukiyo-e correspondent aux centres d'intérêt de la bourgeoisie : les jolies femmes et les courtisanes célèbres ; les scènes érotiques ; le théâtre kabuki et les lutteurs de sumo ; les calendriers et les cartes de vœux ; le spectacle de la nature et des lieux célèbres. L’estampe a beaucoup influencé la peinture européenne, et particulièrement le mouvement de l’impressionnisme. 




Le mouvement Shinhanga, qui signifie "nouvelle estampe" en japonais, fut florissant de 1915 à 1942 et connut une reprise de 1946 jusqu'à la fin des années 1950. Aujourd’hui, dans les années 2000, ce mouvement est encore en pratique par des artisans japonais dans les grands recoins de la planète (Les Etats-Unis, l’Europe, le Moyen-Orient, l’Australie, etc.).

Le principal thème des estampes Shinhanga est le paysage, mais aussi des belles femmes et des portraits d’acteurs.

Voici quelques artistes qui sont toujours actifs dans le mouvement Shinhanga :
            - Kawase Hasui (1883-1957) 
            - Tsuchiya Koitsu (1870-1949) 
            - Shiro Kasamatsu (1898-1992) 
            - Hiroshi Yoshida (1876-1950) 
            - Toshi Yoshida (1911-1995) 
            - Takeji Asano (1900-1999) 


Finalement, l'art de l'estampe japonaise est une pratique assez complexe qui demande beaucoup de minutie, car c'est quelque chose qui demande beaucoup de détails (surtout pour le mouvement Shinhanga).




Yamato-e (peinture japonaise)

 

  Le Yamato-e est un style de peinture japonais inspiré de la religion bouddhiste Zen (une forme de bouddhisme mahayana qui insiste sur la méditation). Le Yamato-e se développe à la fin de la période Heian et on le considère comme étant le style japonais traditionnel, contrairement au style plus moderne de l’Ukiyo-e.  

En quelque mot, nous pouvons définir le Yamato-e en étant des images du Japon ancien (Yamato). Cependant, de même que l'on peut définir le nihon-ga, la peinture japonaise. 

De plus, le Yamato-e est un art du quotidien, faisant appel à des thèmes japonais tels que les paysages, les évènements cérémonials, les samouraïs, les belles femmes, etc.  

En pratique, le terme Yamato-e peut couvrir tous la peinture de genre sur des thèmes japonais, mais surtout les rouleaux peints (e-makimono).




Les autres types d’art existants et pratiqués au Japon sont :
          -         La sculpture
          -         La céramique
          -         La poterie
          -         La couture
          -         La calligraphie
          -         Et plusieurs autres qui sont plus ou moins connus, même du peuple japonais lui-même.